Les 5 étapes du contrôle des insectes et ravageurs IPM

Une définition de la lutte antiparasitaire intégrée (IPM) «integrated pest management» a été adoptée pour la première fois en 1975 par un groupe d’experts de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. L’IPM a été défini comme «un système de lutte antiparasitaire qui, dans le contexte de l’environnement associé et de la dynamique de la population des espèces de ravageurs, utilise toutes les techniques et méthodes appropriées de la manière la plus compatible possible et maintient la population de ravageurs à des niveaux inférieurs à ceux qui causent des dommages économiques.

La lutte antiparasitaire, à savoir les insectes, les maladies et les acariens, peut être un défi lors de la culture dans des salles de culture et des serres, car les parasites peuvent prospérer dans ces environnements beaucoup plus qu’à l’extérieur étant donné les conditions très constantes présentes. Une bonne lutte antiparasitaire commence par une gestion intégrée des nuisibles. Aujourd’hui, le concept de base est d’utiliser plusieurs tactiques pour lutter contre les insectes et les maladies, plutôt que de penser auparavant à une seule solution comme les produits chimiques.

LUTTE ANTIPARASITAIRE INTÉGRÉE (IPM) Comme son nom l’indique, un programme de lutte antiparasitaire intégrée ne repose pas uniquement sur l’utilisation de pesticides pour lutter contre les ravageurs, mais combine plutôt une variété de pratiques et d’outils culturels pour gérer plus efficacement les insectes et les maladies tout en minimisant l’utilisation de produits chimiques et leurs coûts associés. Un programme de lutte antiparasitaire réussi se concentre sur les 5 domaines suivants :

1. ENVIRONNEMENT DE CROISSANCE DES PLANTES Maintenir les conditions d’une croissance optimale des plantes tout en décourageant le développement des ravageurs. Tenir compte de la lumière, du débit d’air, de la température, de l’humidité, de l’irrigation et de la fertilisation.

2. ASSAINISSEMENT ET BARRIÈRES CONTRE LES RAVAGEURS Utilisation efficace d’outils et d’actions qui maintiennent l’environnement de culture propre et exempt de ravageurs.

3. PRATIQUES CULTURELLES QUI AIDENT À LA PRÉVENTION ET À LA LUTTE CONTRE LES RAVAGEURS Méthodes de culture qui réduisent les niveaux de ravageurs ou ralentissent le taux de développement des ravageurs.

4. DÉPISTAGE ET SURVEILLANCE DES RAVAGEURS Processus d’identification et d’évaluation de la pression des ravageurs dans le temps et des performances des cultures correspondantes pour évaluer le risque économique.

5. PESTICIDES ET STADES DE CROISSANCE Utilisation de pesticides appropriés pour repousser, tuer ou inhiber le développement des ravageurs.

1. ENVIRONNEMENT DE CROISSANCE DES PLANTES

Fournir un environnement optimal qui favorise une croissance saine des plantes et décourage les ravageurs est une tactique essentielle de l’IPM. De nombreux producteurs sous-estiment le rôle que la température, l’humidité et le flux d’air ont sur les ravageurs et leur capacité à attaquer et à prospérer.

  • ÉCLAIRAGES

Avoir une lumière appropriée est essentiel pour faire pousser des plantes saines. Les producteurs ciblent généralement le rayonnement photosynthétiquement actif (PAR) entre 800 et 1000 umol/m2/s2 au niveau de la plante pour obtenir une croissance vigoureuse de la plante. Un manque de lumière affaiblit le système de défense de la plante et rend la plante plus sensible aux ravageurs.

  • TEMPÉRATURE

Maintenir une plage de température appropriée pendant le cycle de la plante est important pour éviter le stress de la plante et une sensibilité accrue de la plante aux ravageurs. Généralement, les températures de l’air de 78 ° F à 85 ° F dans les stades végétatif et de floraison sont meilleures pendant la journée, tandis que les températures de 68 ° F à 75 ° F sont meilleures pendant la nuit. Les températures du sol de 72 ° F à 75 ° F sont les meilleures pour des clones enracinés sains. Des températures trop élevées ou trop basses réduiront la photosynthèse, ce qui diminuera la croissance et la productivité et rendra les plantes moins capables de tolérer les ravageurs. Certaines espèces d’arthropodes telles que le tétranyque à deux points (Tetranychus urticae), qui est un ravageur typique dans des environnements contrôlés, sont connues pour augmenter leur taux de reproduction dans des conditions chaudes. Si les plantes sont également stressées par la sécheresse, ce ravageur se développera davantage et endommagera potentiellement la croissance de manière irréversible.

  • HUMIDITÉ

Un contrôle minutieux de l’humidité est fondamental pour prévenir les maladies des plantes. Les plantes transpirent beaucoup, surtout vers la fin du cycle de croissance. Le maintien d’une humidité équilibrée dans la pièce peut aider à prévenir la propagation des maladies dans les environnements humides. Par exemple, une humidité élevée dans le couvert végétal peut favoriser la germination et la croissance des spores d’oïdium sur la feuille. Les chercheurs universitaires suggèrent que les plages optimales de température et d’humidité qui favorisent les épidémies d’oïdium sont de 68 ° F à 77 ° F et> 55% HR. En général, les agents pathogènes fongiques pathogènes sont plus actifs et causent des dommages plus importants à mesure que l’humidité augmente.

  • VENTILATION

Un flux d’air constant, en particulier dans le couvert végétal, affecte de nombreux aspects critiques de la croissance des plantes. Le flux d’air autour de la feuille augmente les taux de transpiration, l’absorption des nutriments, l’humidité et les niveaux de dioxyde de carbone à la surface de la feuille. La modélisation du flux d’air, des ventilateurs adéquats et un espacement approprié des plantes sont essentiels pour fournir un bon flux d’air uniforme lors de la culture de milliers de plantes côte à côte dans les serres et à l’intérieur.

  • ENRICHISSEMENT EN CO2

L’enrichissement en CO2 est une pratique courante dans la production commerciale qui est utilisée pour augmenter la photosynthèse des plantes. En conséquence, les plantes présentent un poids sec, une hauteur de plante, un nombre de feuilles et une ramification latérale accrus. La concentration optimale en CO2 pour la croissance et le rendement semble se situer entre 800 et 1000 ppm pendant la phase végétative et entre 1000 et 1200 ppm pendant la floraison. Pour être efficace, l’enrichissement en CO2 doit être associé de manière appropriée à la lumière, à la fertilité et à l’irrigation. La majorité des producteurs utilisent du CO2 en bouteille pour la pureté et la cohérence, mais certains utilisent des générateurs de CO2 qui brûlent du carburant pour produire le gaz. Si le mélange air/carburant est éteint, il peut créer des contaminants (c’est-à-dire de l’éthylène) qui peuvent provoquer des symptômes étranges dans la culture et des dommages potentiellement importants.

2. ASSAINISSEMENT ET BARRIÈRES CONTRE LES RAVAGEURS

L’assainissement est le processus consistant à garder les endroits à l’intérieur et à l’extérieur de l’espace de culture exempts d’insectes et de maladies en éliminant les mauvaises herbes, la saleté, les algues, les débris, les déchets, les ordures et les ordures. Les parasites peuvent entrer dans l’installation de culture par divers moyens tels que le système de ventilation, de petites ouvertures ou en faisant du stop sur les visiteurs. Les insectes, les acariens, les spores fongiques et d’autres agents pathogènes peuvent trouver refuge dans les mauvaises herbes autour ou à l’intérieur de l’espace de culture ainsi que dans le matériel végétal mis au rebut, les milieux de culture et les surfaces sales. Un assainissement approprié aidera à éliminer ces parasites indésirables et à les empêcher d’entrer dans votre culture en premier lieu. Envisagez de prendre les précautions suivantes pour maintenir un assainissement adéquat dans votre espace.

POUR EMPÊCHER LES NUISIBLES D’ENTRER DANS VOTRE INSTALLATION :

  • Portez un équipement de protection individuelle (EPI) lorsque vous travaillez, pour protéger les personnes et les plantes contre le transport de matières indésirables telles que les spores fongiques ou les insectes minuscules comme les acariens ou les pucerons d’une salle de culture à une autre.
  • Nettoyez vos appareils d’élagage ou tout équipement entrant dans votre zone de culture, y compris les pots et les plateaux.
  • Utilisez des barrières physiques pour empêcher les parasites tels que les pucerons, les coléoptères, les mineuses, les mites et autres de pénétrer dans l’installation.
  • Placez un tas de compost à au moins 30 pieds de l’installation de culture pour empêcher les ravageurs d’infester ou de rentrer dans l’installation de culture.
  • Maintenez un environnement sans mauvaises herbes à l’extérieur et autour de l’installation de culture pour aider à prévenir également les ravageurs. Les acariens et les pucerons ont tendance à se nourrir d’une variété de mauvaises herbes, il est donc important d’appliquer des herbicides au besoin pour réduire le risque d’épidémies majeures.
  • Nettoyez toutes les surfaces de l’installation de culture à la fin de chaque cycle de croissance car les insectes, les œufs, les spores fongiques et d’autres maladies peuvent survivre sur les surfaces et infesteront votre prochaine culture.
  • Vidangez, nettoyez et rincez régulièrement les conduites d’irrigation. Les lignes et les réservoirs qui ne sont pas maintenus propres développeront une accumulation au fil du temps.
  • Nettoyez chaque appareil d’élagage avant de l’utiliser sur une nouvelle plante. Les maladies peuvent être transmises par les lames et les insectes peuvent voyager via les manches des outils.
  • Isolez et enlevez correctement les plantes infestées et tous les débris afin que votre culture reste saine et que vous puissiez prévenir les épidémies.

3. PRATIQUES CULTURELLES QUI FACILITENT LA PRÉVENTION ET LE CONTRÔLE

Un programme de lutte antiparasitaire réussi ne repose pas uniquement sur l’utilisation de produits chimiques. Il existe quelques pratiques culturales qui, si elles sont correctement et constamment mises en œuvre tout au long du cycle de la plante, peuvent jouer un rôle important en aidant à prévenir l’apparition de problèmes de ravageurs ou à réduire leur taux de développement et de propagation.

  • IRRIGATION

Le maintien de niveaux optimaux d’irrigation favorise une croissance saine et soutenue des plantes, ce qui aide la plante à se défendre ou à se remettre des attaques de ravageurs. Évitez de mouiller le feuillage des plantes lors de l’arrosage pour minimiser la propagation des maladies. Certaines spores de maladies doivent avoir de l’humidité sur les feuilles pendant un certain temps pour germer, se développer et infecter les tissus végétaux. Garder les feuilles sèches aide à arrêter cela. Si les feuilles doivent être mouillées à cause de l’arrosage, par exemple, faites-le à un moment de la journée où les feuilles peuvent sécher rapidement.

  • FERTILISATION

Le maintien d’une fertilité adéquate favorise également une croissance saine et soutenue des plantes, ce qui rend la plante plus tolérante aux ravageurs. Le stress des plantes peut provenir de la sous-alimentation ainsi que de la suralimentation. Ainsi, équilibrer les intrants pour la croissance des plantes est important pour la stratégie IPM. Si elles sont sous-alimentées, les plantes peuvent ne pas être en mesure de développer des défenses naturelles pour faire face suffisamment aux infestations de ravageurs, tandis qu’une suralimentation peut favoriser l’apparition de certaines épidémies d’insectes et d’acariens en raison de la plus grande disponibilité d’azote.

  • CONDUCTIBILITÉ ÉLECTRIQUE (CE) ET SURVEILLANCE DU PH

La conductibilité électrique (CE) est la mesure du total des sels dissous dans une solution, qui influence la capacité d’une plante à absorber l’eau et les nutriments. La surveillance du niveau d’EC est une pratique courante dans les environnements contrôlés qui garantit que les niveaux de fertilité sont là où ils doivent être pour maintenir des plantes saines. Des lectures d’EC inférieures à l’optimum indiquent généralement une carence en nutriments, en particulier de faibles niveaux d’azote. Des niveaux élevés d’EC peuvent indiquer que vous fournissez trop d’engrais ou que vos plantes n’absorbent pas les nutriments, ce qui peut entraîner une brûlure des feuilles due à la toxicité du sel. La présence de niveaux de sel trop élevés ou trop bas est un signe que des ajustements sont nécessaires avant que des dommages n’apparaissent dans les plantes et que les ravageurs ne profitent des plantes stressées et moins vigoureuses. Les plages de CE recommandées dépendent du stade de croissance, du système de culture, du niveau d’irrigation et de la qualité de l’eau. La mesure du pH ou de l’acidité ou de l’alcalinité relative des sols est importante car le pH influence la disponibilité des nutriments essentiels pour la plante. Le pH du substrat recommandé pour les plantes varie considérablement. Un pH de substrat recommandé de 5,5 à 6,5 est généralement cité comme une plage acceptable pour de nombreuses plantes. Les niveaux de pH du substrat inférieurs à 5,0 entraînent une disponibilité accrue des micronutriments qui peuvent entraîner une toxicité ferreuse ou une toxicité manganèse, ou les deux. Lorsque le pH du substrat devient trop élevé, les plantes peuvent développer une chlorose internervale sur les feuilles les plus jeunes en raison de l’indisponibilité de certains micronutriments comme le fer.

  • VARIÉTÉS VÉGÉTALES / SOUCHES

Certaine variétés ou génétiques sont connues pour être plus tolérantes aux ravageurs courants des environnements contrôlés peut aider à prévenir la montée et le développement des infestations. Restez informé des nouvelles variétés résistantes aux ravageurs grâce aux services de vulgarisation universitaires locaux.

  • ESPACEMENT DES PLANTES

L’espacement des plantes aidera à optimiser la réception de la lumière et la circulation de l’air tout en réduisant les risques de propagation d’organismes nuisibles d’un point chaud aux plantes voisines saines. D’un autre côté, les producteurs veulent augmenter la productivité en utilisant des densités de plantes élevées, c’est donc un compromis entre la prévention des ravageurs, les risques et la productivité des plantes. L’espacement des plantes varie selon le style de culture – le rayonnage vertical est généralement d’environ 1 plante par pied carré, tandis que les systèmes de bancs d’intérieur ont généralement 1 plante par 2 pieds carrés.

  • TAILLE

En plus d’espacer correctement les plantes, la taille récurrente favorisera davantage la répartition de la lumière dans la canopée et la circulation de l’air. L’élimination des sections d’une plante qui ont été infestées par un ravageur aidera également à réduire la propagation de celui-ci à d’autres sections de la plante et aux plantes voisines. Assurez-vous de stériliser les dispositifs d’élagage lorsque vous passez d’une plante à une nouvelle, car ils peuvent transmettre des insectes et des maladies des plantes malsaines aux plantes saines.

  • CONTRÔLE BIOLOGIQUE

Encourager le contrôle naturel des insectes et des acariens en libérant préventivement des insectes prédateurs ou des parasitoïdes. Le premier tue les ravageurs en se nourrissant d’eux, tandis que le second vit en étroite association avec son hôte aux dépens de l’hôte, entraînant finalement la mort du ravageur. Pour réduire les insectes du sol tels que les moucherons fongiques et les larves de thrips en nymphose, les libérations précoces de l’acarien prédateur Stratiolaelaps aideront car il se nourrit de ces insectes à leur stade larvaire. Amblyseious fallacis est un autre acarien prédateur qui se nourrit plutôt d’acariens larges et d’autres acariens ériophyides, des ravageurs qui infestent généralement le couvert végétal. Pour nommer quelques autres bénéfiques, si vous rencontrez des problèmes de pucerons, utilisez le moucheron prédateur Aphidoletes aphidimyza. Pour tuer les aleurodes à la place, effectuez des lâchers précoces des guêpes parasites Encarsia formosa ou Eretmocerus eremicus www.koppert.ca. En règle générale, assurez-vous de profiter des insectes bénéfiques au début de la phase végétative de la plante car, une fois que les bourgeons des plantes sont devenus collants en fin de floraison, l’application d’insectes bénéfiques devient délicate et inefficace. Si vous comptez sur des auxiliaires pour maintenir les populations de ravageurs à un faible niveau mais qu’il est nécessaire d’appliquer des pesticides pour réduire rapidement le niveau d’infestation de ravageurs, il est recommandé de faire un traitement des points chauds plutôt que de pulvériser toute la culture. Utiliser des sprays à faible résidu comme les savons insecticide.

  • INOCULUM DE MICROBES BÉNÉFIQUES

Les microbes associés aux racines des plantes appartiennent à deux classes : les agents pathogènes pathogènes et les types bénéfiques pour les plantes. Les bénéfiques peuvent aider les plantes de plusieurs façons, certains aident à décomposer la matière organique et à fournir des nutriments, certains produisent des hormones qui augmentent l’enracinement, certains types peuvent rapidement coloniser le sol et supplanter les agents pathogènes pour les ressources, tandis que d’autres produisent même des composés qui protègent les plantes en inhibant les agents pathogènes.

  • PLANTE MÈRE

La plante mère est une plante cultivée spécifiquement à des fins de clonage et maintenue à l’état végétatif. Les plantes mères peuvent abriter des ravageurs qui peuvent passer inaperçus et être dirigés vers un nouveau cycle de production en utilisant des boutures infestées prélevées sur une plante mère infestée. Il est recommandé de ne pas prélever de boutures d’une plante mère qui présente des symptômes d’infestation de ravageurs car cela a une forte probabilité de transmettre le ravageur à la progéniture. De plus, évitez de garder les plantes mères en vie pendant plus de 3 à 4 mois avant de les échanger car elles deviennent ligneuses, perdent leur vigueur et deviennent plus sensibles aux parasites. Enfin, il est préférable d’utiliser des plantes mères plus petites pour obtenir un matériel de coupe plus vigoureux et uniforme. Les plantes plus jeunes et plus petites sont également plus faciles à repérer pour la présence de parasites.

4. RECHERCHE ET SURVEILLANCE DES NUISIBLES

Deux des pratiques les plus importantes de la LAI sont la recherche fréquente des premiers signes d’insectes et de maladies (dépistage) et le suivi de la gravité de l’infestation au fil du temps (surveillance). Celles-ci sont accomplies par des inspections aléatoires de l’usine dans toute la zone de production et par l’utilisation de pièges à cartes collantes. Le dépistage et la surveillance permettent d’identifier les problèmes de ravageurs et de les attraper tôt, lorsqu’ils sont combinés à une action rapide avec les mesures de contrôle les plus appropriées.

CONSEILS ET PRODUITS RECOMMANDÉS POUR LE DÉPISTAGE INTELLIGENT:

  • Connaissez les ravageurs qui affectent généralement les plantes cultivé dans des environnements contrôlés, leurs cycles de vie, leurs symptômes et les dommages qu’ils causent aux plantes. Nous avons inclus une description et des images des principaux insectes et maladies et de leurs symptômes dans les pages suivantes à titre de référence.
  • Détectez la présence de parasites au quotidien. Recherchez les dommages typiques aux plantes et les symptômes causés par une infestation de ravageurs. Sélectionnez au hasard des plantes dans la pièce et soulevez quelques feuilles du tiers inférieur, moyen et supérieur des plantes. Vérifiez attentivement la présence de parasites. Une attention particulière doit être portée aux bourgeons et aux fleurs. Utilisez une loupe ou un microscope pour aider à identifier le ravageur.
  • Promenez-vous dans chaque allée et passez d’un banc à l’autre selon un motif en forme de serpent ou en zigzag. Au moins 10 minutes doivent être consacrées à l’inspection de 20 usines ou plus pour chaque 1 000 pieds carrés de surface de production. Suivez le même schéma à chaque fois que le dépistage se produit.
  • Le dépistage devrait commencer à une porte principale, car c’est souvent là que les problèmes de maladies et de ravageurs commencent. Une attention particulière doit également être accordée aux plantes autour de toutes les autres ouvertures.
  • Si nécessaire, enlever mécaniquement et éliminer les sections de plantes infestées. Désinfectez tout dispositif d’élagage avant de l’utiliser sur une nouvelle plante.
  • Utilisez des pièges en carton collant pour surveiller la gravité de l’infestation par les insectes volants tels que les moucherons fongiques, les pucerons ailés, les thrips, les aleurodes et les mineuses adultes. Les pièges à cartes collantes jaunes ont tendance à être plus attrayants pour les pucerons, les aleurodes et les moucherons fongiques, tandis que les pièges bleus sont plus efficaces pour piéger les thrips et les mineuses adultes.
  • Les pièges doivent être placés en forme de grille, avec au moins une carte par 1 000 pieds carrés de surface de production. Placez les pièges juste au-dessus du couvert végétal et maintenez la même position chaque fois que les anciens pièges sont remplacés par de nouveaux. Cela permet de déterminer avec précision l’augmentation ou la diminution des populations de ravageurs au fur et à mesure que la saison de production s’ensuit.
  • Vérifiez les cartes au moins deux fois par semaine et remplacez-les environ toutes les 1 à 2 semaines, selon la gravité de l’infestation. Assurez-vous d’identifier, de compter et d’enregistrer le nombre d’insectes capturés avant de jeter les cartes.
  • Gardez une trace de la gravité des infestations de ravageurs au fil du temps. Prenez note de l’endroit où l’infestation se produit dans l’espace de culture et de sa propagation correspondante aux plantes voisines.

PRINCIPAUX INSECTES ET RAVAGEURS EN ENVIRONNEMENTS CONTRÔLÉS

Étant donné que les conditions de serre permettent un développement rapide des populations de ravageurs, une détection et un diagnostic précoces des insectes ravageurs sont nécessaires pour prendre des décisions de contrôle avant que le problème ne devienne incontrôlable et que vous ne subissiez une perte économique. Certains arthropodes nuisibles communs et importants des serres à surveiller de près sont les pucerons, les moucherons fongiques, les thrips, les aleurodes, les pucerons des racines et les acariens. Les maladies les plus fréquemment observées sont : l’oïdium, le botrytis, le pythium et le fusarium. Vous trouverez ci-dessous une description de chaque ravageur et des symptômes correspondants à rechercher.

  • PUCERONS

Les pucerons (Hemiptera : Aphididae) sont des insectes ravageurs typiques des serres qui se nourrissent d’une grande variété de plantes en perçant les cellules des feuilles et en aspirant leur contenu au moyen de leurs stylets. Les pucerons sont généralement petits (3 mm à 5 mm de longueur), la plupart ont un corps en forme de poire et peuvent ou non avoir des ailes. Les individus ailés augmentent lorsqu’il est nécessaire de quitter l’usine en raison de la surpopulation ou d’une baisse de la qualité des aliments. Les pucerons sont également connus pour véhiculer les virus des plantes et libérer des quantités relativement importantes de déchets et de miellat, qui sont assez visibles sur les feuilles des plantes sous forme de taches translucides et humides, qui sont collantes au toucher. Les pucerons se présentent généralement en colonies situées principalement sur la face inférieure des feuilles, sur les tiges ou sur les bourgeons groupés à proximité. Si une plante de chanvre devient fortement infestée, ses feuilles peuvent jaunir et/ou flétrir en raison du stress excessif et des dommages aux feuilles. La présence de taches de miellat translucides peut également être trouvée, ainsi que des résidus de peau blanche laissés par les nymphes. Le développement de maladies fongiques peut également se produire en correspondance avec les taches d’accumulation de miellat.

  • THRIPS

Les thrips (Thysanoptera : Thripidae) sont des insectes ravageurs des serres qui se nourrissent d’une grande variété de plantes en perçant les cellules superficielles des feuilles et en aspirant le contenu des cellules au moyen de leurs stylets. Les thrips sont également connus pour véhiculer des tospovirus végétaux tels que le virus de la tache nécrotique de l’impatiens et le virus de la flétrissure tachetée de la tomate. Les femelles ont une capacité de reproduction élevée, un cycle de vie rapide qui permet plusieurs générations par an et ont tendance à résider dans des habitats cryptiques tels que des terminaux non ouverts, ce qui rend les pratiques de contrôle difficiles. Les thrips sont de minuscules insectes au corps élancé (1 mm à 1,2 mm de long) avec quatre ailes étroites repliées à plat sur le dos et bordées de poils. Vers la fin du deuxième stade larvaire, les thrips cessent de se nourrir et tombent ou pénètrent dans le sol ou la litière de feuilles. Les adultes ailés émergent ensuite du stade nymphal en 1 à 3 jours, selon la température. Les thrips aiment se nourrir de bourgeons et de nouvelles feuilles, où ils percent les cellules végétales avec leurs pièces buccales et aspirent leur contenu, mais ils peuvent également être trouvés au bas de la plante. Contrairement aux tétranyques, les thrips ont tendance à se nourrir plus souvent sur la face supérieure des feuilles des plantes. Des cicatrices foliaires bronze ou argentées et de minuscules taches noires d’excréments fécaux sont évidentes sur les feuilles fortement endommagées par l’alimentation.

  • MOUCHES BLANCHES

Les mouches blanches (Diptera : Aleyrodidae) sont des insectes blancs, au corps mou, ailés, de forme triangulaire, que l’on trouve souvent en grappes sur la face inférieure des feuilles. Les aleurodes utilisent leurs pièces buccales perçantes en forme d’aiguilles pour aspirer la sève du phloème, les tissus conducteurs de nourriture dans les tiges et les feuilles des plantes. De grandes populations peuvent provoquer le jaunissement des feuilles, leur apparence sèche ou la chute des plantes. Comme les pucerons, les aleurodes excrètent un liquide sucré appelé miellat, de sorte que les feuilles peuvent être collantes ou couvertes de fumagine noire qui pousse sur le miellat.

  • PUCERONS DES RACINES

Les pucerons des racines (certaines espèces de Pemphigus, Phylloxera et Rhopalosiphum) varient en couleur, mais la plupart sont blancs, jaune blanchâtre ou brun. Les pucerons des racines ont des pièces buccales perçantes et suceuses qui extraient la sève riche en sucre des structures souterraines telles que les racines, les rhizomes. Ils peuvent produire une sécrétion blanche et cireuse qui recouvre leur corps et une partie est laissée au fur et à mesure qu’ils se déplacent dans le milieu de culture. Ceci est souvent confondu avec les cochenilles qui sont également recouvertes d’une substance blanche cireuse ou filiforme. Il est préférable d’utiliser une loupe et d’observer les racines pour voir l’insecte réel. Les infections mineures des pucerons des racines ne causent pas de dommages importants aux plantes, cependant, à mesure que les populations augmentent, les blessures aux racines des plantes peuvent devenir des points d’entrée pour les agents pathogènes des maladies des racines. Les racines des plantes ne peuvent pas absorber les nutriments et peuvent donc présenter des carences en nutriments dans les feuilles. Les plantes manquent souvent de vigueur, sont plus petites et peuvent flétrir, surtout pendant la chaleur du jour. Les pucerons des racines ne se déplacent pas rapidement, de sorte que les infections sont souvent limitées à quelques plantes et se propagent lentement au départ.

  • MOUCHERONS À CHAMPIGNONS (mouche à fruits)

Les moucherons à champignons (espèce Bradysia) sont de petites mouches au corps délicat qui se développent dans le milieu de culture. Les adultes sont des mouches noires délicates de 3 mm de long avec de longues pattes et de longues antennes. Les adultes ne se nourrissent pas tandis que les larves se nourrissent principalement de champignons, d’algues et de matières végétales en décomposition ainsi que de racines de plantes. Les larves sont vermiformes et translucides, avec une capsule céphalique noire. Les larves sont généralement situées dans les 2 à 3 pouces supérieurs du milieu de culture, selon le niveau d’humidité. Les larves se développent rapidement et sont complètement développées en deux à trois semaines. Les milieux de culture humides contenant de grandes quantités de mousse de tourbe sont particulièrement attrayants pour les femelles adultes. Les plantes infestées par de nombreuses larves de moucherons fongiques peuvent avoir un retard de croissance. La meilleure façon de déterminer si vous avez une infestation de moucherons fongiques est d’utiliser des pièges à cartes collantes et de surveiller le nombre d’individus adultes capturés.

  • TÉTRANYQUES

Les Acariens (Acari:Tetranychidae) tels que le tétranyque à deux points (Tetranichus urticae) sont des arthropodes qui se nourrissent d’une variété d’espèces végétales en aspirant le contenu des cellules végétales à travers une paire de stylets pointus. Les tétranyques sont de minuscules arachnides (environ 0,5 mm de longueur) à 8 pattes et d’apparence de couleur crème. Les populations peuvent se développer de façon exponentielle en très peu de temps. Les œufs sont pondus en grappes sur la face inférieure des feuilles. Le stade initial de la colonisation commence généralement à partir du tiers inférieur de la plante. Les blessures apparaissent initialement sous la forme de pointillés ou de taches brun jaunâtre-rougeâtre sur les feuilles qui sont situées en correspondance des grappes de colonies généralement trouvées sur la face inférieure de la feuille. Les feuilles jaunissent initialement et, avec une forte densité de population, se dessèchent et meurent. Sur les plantes matures, les branches au-dessus de la canopée principale et directement sous les lumières de croissance sont plus susceptibles d’être infestées de tétranyques.

  • ACARIENS DU CHANVRE (HRM)

Acariens (Acari : Eriophyidae) est un ravageur spécialiste du chanvre et il se nourrit principalement de pétioles et de folioles. Les HRM se nourrissent spécifiquement de la couche superficielle des cellules végétales, les perçant avec leurs minuscules pièces buccales et se nourrissant des fluides cellulaires. Les HRM ont une apparence très différente de celle des tétranyques ; ils ne produisent pas de sangle et ne sont pas visibles à l’œil nu. Les HRM sont au corps mou, en forme de saucisse, exceptionnellement minuscules, avec deux paires de pattes et pas d’ailes. Contrairement aux acariens, qui peuvent être vus à l’œil nu, les HRM nécessitent un niveau de grossissement plus élevé pour être visibles (15-20x). Dans les espaces clos, les ventilateurs ou même les éclaboussures d’eau peuvent rapidement propager les acariens. Aucun symptôme visible n’est produit lorsque la HRM est dans de faibles populations, mais une gamme de symptômes subtils se développe pendant les épidémies. Les folioles s’enroulent généralement sur les bords et peuvent avoir un aspect mouillé brillant semblable au stress thermique. Les feuilles peuvent avoir des taches jaunes ou bronze. Les pétioles deviennent cassants et les folioles se détachent facilement. Lors de mauvaises infestations, les acariens envahissent les plantes par milliers et donnent aux folioles un aspect beige. HRM infeste également les sommités florales.

  • BROAD MITES (BM)

Acariens (Acari : Tarsonemidae) est un ravageur important d’une grande variété de plantes. L’acarien attaque généralement les jeunes parties de plantes en croissance et, comme le HRM, est très difficile à détecter. Ils sont incolores au début mais deviennent un riche ambre lorsqu’ils sont complètement développés. La dispersion se produit par le rampement, les courants d’air et l’eau. Les BM se trouvent souvent sur les jeunes feuilles et se nourrissent principalement de la face inférieure des feuilles. Les plantes infestées deviennent peu économes. Les feuilles s’enroulent vers le bas car la salive de l’acarien est toxique pour les plantes et prennent un aspect brillant, presque plastique. Les feuilles éventuellement affectées jaunissent ou bronzent et meurent. Les entre-nœuds se raccourcissent et les bourgeons latéraux éclatent plus que la normale. Cette nouvelle croissance peut également être rabougrie ou tuée, ce qui force des pousses supplémentaires. Parfois, les symptômes peuvent être confondus avec le virus de la mosaïque du tabac. Semblables à la HRM, les symptômes foliaires de BM sont également souvent diagnostiqués à tort comme un excès d’eau, une carence en nutriments ou des dommages causés par la chaleur.

  • L’OÏDIUM

L’oïdium est le ravageur le plus destructeur. C’est un agent pathogène obligatoire, ce qui signifie qu’il ne vit que sur la plante et ne peut pas être cultivé sur une plaque de culture. Lorsqu’elle débute, cette maladie est souvent invisible pour un cultivateur. Il a tendance à émerger, à sporuler et à se propager à tout moment depuis les premières phases de croissance végétative jusqu’à la floraison, détruisant ainsi les cultures très matures avec de graves conséquences économiques. On pense qu’il voyage dans des clones, et on ne sait pas s’il voyage dans des graines. Il apparaît sous forme de plaques de spores blanches à la surface des feuilles, se développe à des températures comprises entre 68 ° et 77 ° F et> 55% HR, et peut provoquer une chute précoce des feuilles et réduire la qualité des bourgeons floraux.

  • BOTRYTIS / MOISISSURE GRISE

La moisissure grise est causée par Botrytis cinerea, un champignon nécrotrophe qui peut causer de graves dommages et se développe entre 68° et 77° F et une humidité relative supérieure à 55 %. B. cinerea produit plusieurs enzymes et toxines dégradant les parois cellulaires qui dégradent les tissus et peuvent également infecter les blessures des plantes causées par les insectes ou la taille. Le champignon produit des masses gris-blanc de mycélium et de spores à la surface des tissus affectés. La moisissure grise peut causer des lésions brunes et imbibées d’eau sur toutes les parties de la plante, y compris les tiges, les feuilles et surtout les fleurs. Les feuilles et les fleurs commencent à se ratatiner et à devenir bronzées, rouges ou brunes à mesure que la gravité augmente et que des masses de spores grises peuvent devenir évidentes.

  • PYTHIUM

Les agents pathogènes responsables du pourridié pythien, également appelé moisissure aquatique, sont présents dans pratiquement tous les sols cultivés et attaquent les racines des plantes en conditions humides. Il existe de nombreuses espèces de Pythium qui varient considérablement. Ces champignons peuvent être propagés par les moucherons fongiques et les mouches des rivages, et des conditions d’humidité du sol de 70% ou plus sont propices à l’infection par le Pythium. Le Pythium infecte les tissus juvéniles tels que l’extrémité de la racine et peut se propager à toute la racine primaire, qui finit par mourir, provoquant le flétrissement de la plante et l’arrêt de sa croissance. L’assainissement est important car Pythium spp. peut survivre dans la poussière, les milieux de plantation ou les particules de sol sur les sols des serres, dans les appartements et les pots. Le Pythium provoque le flétrissement des jeunes boutures et des semis même lorsqu’ils sont arrosés et finit par s’effondrer et mourir.

  • FUSARIUM

La fusariose est causée par deux champignons étroitement apparentés, Fusarium oxysporum f. sp. vasinfectum et Fusarium oxysporum f. sp. Chanvre. Les spores se trouvent le plus souvent dans le sol et peuvent être propagées par de l’eau contaminée ou des graines infectées. Une fois qu’il infecte une plante, il voyage à travers le système vasculaire où les spores et le mycélium obstruent le xylème, provoquant le flétrissement et la mort de la plante par manque d’eau. Les symptômes comprennent le jaunissement des feuilles, des taches sur les feuilles inférieures et des tiges fanées qui apparaissent brunes à l’intérieur

5. PESTICIDES ET ETAPES DE CROISSANCE

L’utilisation de pesticides pour repousser, tuer ou inhiber le développement des ravageurs dépend du stade de croissance de la plante et du type de ravageur ciblé. La majorité des ingrédients actifs qui sont actuellement approuvés par le gouvernement fédéral pour une utilisation, qui sont autorisés par les États, fonctionnent mieux lorsqu’ils sont utilisés dès les premiers signes d’infestations de ravageurs. Les insectes et les maladies sont difficiles à contrôler une fois qu’ils se propagent largement, car plus de spores de maladies sont produites et plus d’insectes éclosent. Ont vous propose des solutions de produits qui peuvent être utilisées à titre préventif ou pour guérir les infestations existantes. Lorsque vous choisissez d’utiliser des pesticides pour prévenir ou traiter des insectes ou des maladies, il est recommandé de passer à un autre pesticide après 3 applications consécutives du produit afin de réduire le risque de résistance acquise par les ravageurs. Lorsque l’étiquette autorise le mélange en réservoir, assurez-vous de vérifier l’étiquette du produit pour les pesticides qui ne sont pas compatibles. Si aucune information n’est disponible concernant la compatibilité, effectuez un test en pot pour évaluer la compatibilité des différents pesticides. Si les matériaux sont physiquement compatibles, le pot sera froid au toucher et il n’y aura pas de séparation de matériaux ni de formation de grumeaux ou d’émulsions. Si le mélange est incompatible, le pot peut être tiède ou brûlant au toucher ; des couches peuvent se former dans le mélange; ou des boues, des amas ou des grains peuvent se former dans le mélange. Si le mélange passe le jar test, pulvériser les traitements sur un petit nombre de plantes et rechercher des symptômes de phytotoxicité pendant au moins 7 à 10 jours. Si aucune blessure n’est observée, le mélange peut être appliqué à toutes les plantes. La gestion chimique la plus appropriée des ravageurs est discutée ci-dessous pour chacun des stades de croissance des plantes suivants.

  • PROPAGATION

Méthode de génération de nouvelles plantes à partir de graines, de boutures, de tiges ou de feuilles pour créer des clones génétiquement identiques à la plante donneuse. Ce processus garantit une culture entièrement femelle et génétiquement uniforme.

  • PLANTE MÈRE

Plante cultivée spécifiquement à des fins de clonage et maintenue à l’état végétatif.

  • PÉRIODE DE CROISSANCE

La période de croissance entre la germination et la floraison pendant laquelle les plantes s’affairent à réaliser la photosynthèse et à accumuler les ressources qui seront nécessaires à la floraison et à la reproduction

  • PÉRIODE DE FLORAISON

Les plantes commencent à fleurir lorsque le cycle lumineux passe de plus de 16 heures de lumière à 12 heures de lumière et 12 heures d’obscurité complète. À ce stade, les bourgeons se forment et mûrissent, et les pistils s’assombrissent en vue de la récolte.

ÉQUIPEMENT DE PROTECTION INDIVIDUELLE CONTRE LES PESTICIDES

Les producteurs doivent toujours porter l’équipement de protection individuelle recommandé et requis tel que défini sur l’étiquette du produit lors du mélange, de l’application et de l’élimination des pesticides. Vous trouverez ci-dessous une liste et une brève description de l’équipement de protection individuelle.

PESTICIDES RECOMMANDÉS POUR LA PROPAGATION

La propagation peut être une période vulnérable pour votre installation, car vous apportez de nouvelles plantes et du matériel. C’est une bonne règle de mettre en quarantaine tout matériel végétal apporté de l’extérieur de l’installation avant d’être introduit dans la salle de culture, et de procéder à une application de traitement contre les insectes, les acariens et les maladies même si vous ne voyez aucun ravageur ou blessure connexe. Certains insectes se cachent dans le sol, d’autres insectes et spores de maladies fongiques sont si petits qu’ils ne peuvent pas être détectés avec une loupe, et certains insectes comme les thrips incrustent même des œufs dans les tissus foliaires.

PESTICIDES RECOMMANDÉS POUR LES PLANTES MÈRES ET LE STADE DE CROISSANCE VÉGÉTATIVE

Une bonne prévention des ravageurs est également obtenue en utilisant des pesticides pour éviter les épidémies majeures d’insectes et de maladies. Il est recommandé d’appliquer des pesticides dès les premiers signes d’infestations de ravageurs car les petites infestations peuvent être plus facilement contrôlées que les grandes. Il est également recommandé d’effectuer la majorité des applications de traitement pendant cette phase de croissance, car les plantes deviennent plus sensibles à la phytotoxicité des pesticides et le risque de résidus dans le produit final augmente pendant la floraison. Les producteurs doivent se référer aux étiquettes des produits lors de la pulvérisation pendant la phase de croissance végétative pour s’assurer que la date de récolte n’est pas affectée par l’application de pesticides. Ont vous propose des solutions de produits qui peuvent être utilisées de manière préventive ou pour guérir les infestations existantes.

PESTICIDES RECOMMANDÉS POUR LES PLANTES À FLEURS

Le traitement des plantes à fleurs contre les ravageurs peut être plus compliqué que le traitement des plantes végétatives, car les plantes en fleurs sont plus susceptibles d’être endommagées par les pesticides et il existe un plus grand risque de contamination et/ou d’altération des propriétés du produit final. Il est courant de ne pas pulvériser après la deuxième ou la troisième semaine de floraison. Si vous utilisez des pesticides pendant la floraison, évitez de pulvériser les fleurs en utilisant une fine taille de gouttelettes ou utilisez un atomiseur, ce qui peut aider à atténuer la phytotoxicité potentielle des fleurs.